Tout simplement noir ,
film français de Jean-Pascal Zadi et John Wax, sorti en 2020

 


JP, un acteur raté d'une quarantaine d'années, développe l'idée d'organiser une grande marche d'hommes noirs à Paris pour protester contre la sous-représentation des Noirs dans la société et dans les médias.

JP , acteur visiblement raté en même temps que sous-employé, lance en direct depuis chez lui un appel grave sur les réseaux sociaux: « Je suis en colère… Les Noirs ne sont nulle part… appel à une grosse marche de la colère noire… le jour de l’abolition de l’esclavage », tandis que sa femme, blanche, s’affaire indifférente en arrière-plan et l’interpelle à plusieurs reprises sur des affaires domestiques, ruinant à chaque fois par la trivialité de ses interventions la colère de ce dispositif.

Pour soutenir ce projet, il essaie de rencontrer des personnalités influentes de la communauté noire, comme les humoristes Fary et Éric Judor, les rappeurs Soprano et Joey Starr ou encore l'ancien footballeur Vikash Dhorasoo, ainsi que des militants comme la Brigade anti-négrophobie.

Il va vite constater que de nombreux Noirs, même s'ils adhèrent dans un premier temps à son idée, ont des conceptions très différentes de leur identité noire, du fait notamment de leurs expériences personnelles et de leurs origines africaines, caraïbéennes, ou métisses. Il devient difficile de définir ce qu'est un noir et qui est "suffisamment noir" pour pouvoir participer à cette marche. Des afroféministes vont lui demander d'ouvrir sa marche aux femmes noires, des Beurs et des Juifs vont souhaiter s'associer à sa marche. Il va également commettre de nombreuses maladresses qui vont lui aliéner certains soutiens.

En parallèle, il continue à se présenter à des castings dans l'espoir de faire décoller sa carrière d'acteur, mais se voit toujours proposer des rôles très stéréotypés. Fary finit par lui proposer le rôle principal dans un film qu'il compte réaliser.

La marche ne rassemblera finalement qu'un faible nombre de participants, mais permettra à JP de se rapprocher de son père.

Avec son argument, un acteur noir, suivi pour un documentaire par une équipe de télévision, et qui tente de mobiliser la communauté des artistes de même couleur en vue d’une marche de protestation , Jean-Pascal Zadi assume sa forme, pas forcément originale, mais qui tient la distance. Elle consiste, comme souvent avec les transfuges humoristes, en une succession de sketchs agrégés les uns aux autres.

Une brochette imposante de VIP noirs s’est prêtée au jeu. Le stand-upeur Fary y incarne un opportuniste intégral, surfant sur la colère politique pour renforcer son image. Eric Judor, fort d’un métissage peu visible, y joue le Noir honteux, se revendiquant à 100 % autrichien. L’Antillais Fabrice Eboué et l’Africain Lucien Jean-Baptiste en viennent aux gros mots puis aux mains dans un restaurant. Ramzy Bedia et Jonathan Cohen, amis sur le fil du rasoir, y font entendre dans un dialogue délicieusement aigre-doux la concurrence victimaire et la possibilité de l’antisémitisme comme panacée universelle.

Ce qu’on pourrait considérer comme une facilité, forme courte réitérée pour atteindre la longueur d’un long-métrage, effet d’aubaine du défilement des célébrités plutôt que construction de personnages sur la durée est ici compensé par la qualité de l’écriture, l’ambiguïté de la mise en abyme alors même que chacun joue son propre rôle, et l’esprit corrosif qui emporte sur son passage tant le racisme réel de la société que l’hypocrisie du discours communautariste qui lui répond.

Distribution

  • Jean-Pascal Zadi : JP
  • Fary : lui-même
  • Caroline Anglade : Camille, la compagne de JP
  • Lilian Thuram : lui-même, dans une vidéo sur Internet
  • Claudia Tagbo : elle-même, dans sa loge
  • JoeyStarr : lui-même
  • Vikash Dhorasoo : lui-même, dans la soirée organisée par JoeyStarr
  • Kareen Guiock : elle-même, dans la soirée organisée par JoeyStarr
  • Fabrice Eboué : lui-même, au restaurant
  • Lucien Jean-Baptiste : lui-même, au restaurant
  • Éric Judor : lui-même
  • Fadily Camara : elle-même, comme organisatrice d'une conférence-débat féministe noire
  • Ramzy Bedia : lui-même
  • Rachid Djaïdani : lui-même, chez Ramzy Bedia
  • Melha Bedia : elle-même, chez son frère Ramzy Bedia
  • Amelle Chahbi : elle-même, chez Ramzy Bedia
  • Jonathan Cohen : lui-même, chez Ramzy Bedia

Fiche technique

  • Réalisateurs : Jean-Pascal Zadi et John Wax
  • Scénario : Jean-Pascal Zadi et Kamel Guemra
  • Photographie : Thomas Brémond
  • Musique : Christophe Chassol
  • Montage : Samuel Danési
  • Production : Sidonie Dumas
  • Sociétés de production : Gaumont, en coproduction avec C8 Films, avec la participation de Canal+, Ciné+, C8 et Entourage Pictures, et le soutien d'Angoa
  • Durée : 90 minutes
  • Date de sortie : 8 juillet 2020